Image de Banniere

actualité

La Besnoitiose dans la Loire

Derniére mise à jour le : 28/01/2020

La maladie de la Besnoitiose (maladie de la peau d’éléphant) est encore peu connue dans la Loire. Pourtant, il existe des cas dans le département depuis quelques années et un grand nombre de départements voisins en signalent également. Contrairement à la pensée collective, la Besnoitiose n’est pas une « maladie du Sud ».

besnoitiose cliniqueDans la Loire, des projets de surveillance de cette maladie se sont mis en place cette année. La stratégie adoptée par le Conseil d'Administration a été de commencer par rechercher la Besnoitiose dans les élevages laitiers au moyen du test sur le lait de tank. De la même façon que pour la BVD, l’analyse se fait sur lait de tank, avec une recherche des anticorps. L’analyse de la Besnoitiose, tout comme la recherche BVD, est à la charge de l'éleveur, pour un montant de 5,40 € HT (facturé sur l'appel de cotisation du GDS).


Une première série d'analyse sur le lait de tank a été conduite en février 2019 : sur les 318 cheptels analysés, 7 troupeaux se sont révélés positifs et se sont engagés dans un plan d'assainissement de la Besnoitiose. La plupart ne présentaient aucun signe de la maladie ! Le nombre de bovins positifs était relativement faible dans la majorité des élevages : 1 à 2 bêtes positives dans 5 des élevages positifs. En revanche, un cheptel a été plus durement touché avec 63 bêtes positives... Les éleveurs ont tous été extrêmement réactifs et la grande majorité des bovins positifs sont déjà abattus.

Une seconde série d'analyse sur le lait de tank a été effectuée en juillet 2019 : 2 cheptels sont ressortis positifs sur les 369 troupeaux laitiers et mixtes testés. Les éleveurs sont en cours de dépistage individuel sur tous leurs bovins de plus de 6 mois.

La dernière série d'analyse de l'année 2019 permettra de tester les 400 cheptels restants dans le courant du mois de septembre.

Pour ce qui est des troupeaux allaitants, aucune analyse de mélange sur le sang n’est disponible sur le marché, pour le moment : des études sont en cours. Seules des analyses individuelles peuvent être proposées pour l'instant. Nous vous invitons à vous tourner vers le GDS pour plus d'informations, si vous souhaitez dépister votre troupeau.


Pour rappel, les bovins touchés par la Besnoitiose présentent de la fièvre, un essoufflement et des écoulements au niveau des yeux et des naseaux, en première phase. Ensuite, ils peuvent avoir un œdème important (gonflement) sur les membres, la tête, les mamelles et le scrotum pour les mâles qui deviennent stériles. La dernière phase est celle de la « peau d’éléphant » : la peau du bovin s’épaissit, fait des plis, se cartonne et finit par « éclater ». Il n’existe ni vaccin ni traitement : pour assainir un cheptel, il faut éliminer les bovins positifs.
Attention, un bovin positif ne manifeste pas tout de suite les symptômes de la Besnoitiose : il propage la maladie sans que cela ne soit visible. Lorsque le premier cas clinique apparaît, souvent il y a déjà plus de 20 % de bovins positifs : il faut faire le test en préventif. Cette maladie contamine extrêmement rapidement un troupeau puisqu’elle est disséminée par les taons et les insectes piqueurs. L’usage d’une aiguille unique propage également le parasite responsable de la maladie.




N’hésitez pas à contacter le GDS de la Loire pour plus d’informations en demandant Emeline.










FRGDS Auvergne Rhône-Alpes

Adresse postale : 23 rue Jean Baldassini - 69364 Lyon Cedex 07

Tel: - Mail : frgds.aura@reseaugds.com