Image de Banniere

Bovin Maladie Besnoitiose

Prévenir la besnoitiose et l'ehrlichiose

Derniére mise à jour le : 14/05/2019

Interview du Dct vétérinaire Francois TONNELLE par le GDS38 

François Tonnelle est vétérinaire. Suite à l'émergence dans l'Isère de "nouvelles" maladies transmises par des insectes, il a souhaité réagir sur les modalités de prévention. Avec le GDS 38, il répond aux questions sur l'ehrlichiose et la besnoitiose, deux affections particulièrement préoccupantes.

On parle de plus en plus de l'ehrlichiose bovine, encore appelée "maladie des gros pâturons". De quoi s'agit-il ?


GDS : Il s'agit d'une maladie bactérienne. Normalement, le portage est asymptomatique. Mais si les animaux sont contaminés pour leur première fois à une période plus "sensible" ou "fragile" de leur vie, les effets sont catastrophiques : fièvre, chute de lactation et pneumonie sont les principales manifestations de l'ehrlichiose bovine. Sur quelques animaux on peut aussi observer un signe caractéristique : les gros pâturons. Cependant, ce signe caractéristique de la maladie ne se manifeste que rarement. La maladie porte également le nom de "fièvre des pâturages" puisqu'elle se traduit par une forte fièvre d'allure contagieuse souvent associée à un "syndrome grippal" de l'été sur des animaux récemment mis en pâture.



Comment se transmet l'ehrlichiose, et que peut-on faire ?
 


FT : L'ehrlichiose bovine est transmise par les tiques. Elle est présente en Isère depuis plusieurs années. Le réservoir principal est constitué par les cervidés sauvages, aussi la prévention est assez complexe. On conseille, comme pour la piroplasmose, de laisser les génisses se contaminer pour obtenir une immunisation.


Cependant, il arrive que cette maladie se déclare à la suite d'un stress physiologique : le vêlage, au pic de lactation, à l'occasion d'une grippe, de l'acidose...

Dans ce cas, la prévention se fera par le traitement de tout le troupeau à la mise au pré avec un produit efficace sur les tiques. Ensuite, on ne traitera que les animaux à risque (génisses pleines, vaches au pic de lactation).

Si l'on veut minimiser l'infestation par les tiques (et pour les élevages Bio) il faut éloigner les animaux des haies et bordures de bois de trois mètres. L'espace entre la clôture et la haie ou le bois devra être fauché.

L'utilisation du Carbésia à la dose préventive, à la sortie au printemps permet une protection des bovins conte la Piroplasmose et peut être aussi contre l'Ehrlichiose (mais ce n'est pas prouvé pour cette dernière maladie).


L'ehrlichiose est-elle facile à diagnostiquer ?


GDS : Hormis quelques rares cas où l'on observera l'ensemble des signes et notamment des oedèmes sur les pâturons, le diagnostic de l'erhlichiose n'est pas évident. Chute de lactation, fièvre, pneumonie ne sont pas des signes vraiment caractéristiques. La maladie ressemble souvent à une bronchite vermineuse, mais qui est beaucoup plus précoce et qui n'est pas guérie avec un endectocide. La concomitance de ces évènements avec la mise au parc et une infestation par les tiques doit retenir l'attention. Généralement les cas d'erhlichiose sont simultanés avec les périodes de fortes infestations par les tiques : suite à la mise à l'herbe ou l'ouverture d'une nouvelle parcelle le plus fréquemment.


Le diagnostic peut être aidé par des prises de sang. Au moins cinq bovins malades doivent être prélevés. Mais attention : le début des manifestations doit dater de moins de quatre mois. En effet, même si les symptomes persistent, avec l'ehrlichiose, la prise de sang (immuno-fluorescence) ne permet plus de détecter la maladie au-delà de quatre mois d'infection.

Le traitement (tétracyclines) permet également parfois de poser un diagnostic "après coup". On parle alors de "diagnostic thérapeutique", c'est à dire par guérison.


On entend parler de besnoitiose, de quoi s'agit-il ?



GDS : Il s'agit d'une maladie parasitaire affectant essentiellement les bovins et transmise pas des insectes hématophages (taons notamment). Elle se manifeste par une courte période de fièvre suivie d'apparition d'oedèmes. Les oedèmes sont généralement localisés à la tête, au scrotum et à la mamelle. La peau s'épaissit progressivement et perd de son élasticité. Les oedèmes régressent en quelques semaines, les poils tombent, mais la peau conserve un aspect cartonné et plissé évoquant celui d'une peau "d'éléphant". La maladie peut être mortelle en quelques mois suite à des surinfections bactériennes ou aboutir à une non-valeur économique des animaux (atteinte de la mamelle pour les vaches laitières ou du scrotum pour les taureaux reproducteurs).  


Que faire pour se protéger de la besnoitiose ?


FT : La besnoitiose est une maladie actuellement présente dans les Hautes-Alpes. Les vétérinaires du cabinet de La Mure ont diagnostiqué le premier cas de l'Isère dans la Vallée du Drac. Aussi la prévention doit être stricte. Il faut empêcher [limiter au maximum] les insectes et plus particulièrement les taons de piquer les bovins. Après consultation des laboratoires fabricants d'insecticides, il semble que seuls les permethrines à la dose tique puissent donner des résultats convenables.


Pour être efficaces, ces produits devront être appliquer méticuleusement toutes les 4 semaines dans le cas des pour on et toutes les 6 semaines pour ceux en pulvérisation.

GDS : Il faut renforcer notre vigilance sur cette maladie. Tout d'abord à l'occasion de l'introduction. Ainsi, à l'achat de bovins ayant pu séjourner dans des zones où la maladie est implantée (Queyras, Alpes-maritimes, Ariège) il faut faire examiner attentivement par le vétérinaire la sclère occulaire. En effet, si le bovin est porteur, le vétérinaire pourra identifier les kystes formés par ce parasite. Réforme impérative avant toute mise a l'herbe si le bovin est infesté ! Pour les alpages, les responsables d'alpages ont décidé de renforcer cette mesure : examen des animaux au départ, et examen à l'arrivée. Si des bovins infestés sont amenés par un éleveur, c'est l'ensemble des animaux du lot qui ne montera pas.

 AS, MD
































FRGDS Auvergne Rhône-Alpes

Adresse postale : 23 rue Jean Baldassini - 69364 Lyon Cedex 07

Tel: - Mail : frgds.aura@reseaugds.com