Image de Banniere

Bovin maladie BVD

BVD/ Border disease : Prévenir plutôt que guérir

Derniére mise à jour le : 20/05/2019


Animaux
chétifs, diarrhées, troubles nerveux, mortalité sur vos jeunes animaux, avez-vous pensé à la BVD ou à la border disease?


La diarrhée virale bovine (BVD) chez les bovins, ou la Border disease (BD) chez les moutons, sont des maladies virales responsables de nombreux symptômes notamment sur les jeunes animaux. Savoir les reconnaitre et maitriser les facteurs de risque est important pour éviter des pertes économiques sur le troupeau.

 

Comment se transmettent ces maladies ?

La contamination se fait par contact direct (salive, fèces, urine) ou de la mère au foetus pendant la gestation (naissance d’IPI).

Un animal infecté pour la première fois par le virus ne manifeste pas de signes cliniques systématiquement. Il va parvenir à éliminer le virus au bout de quelques jours et sera ensuite immunisé. Mais pendant ce temps, il peut contaminer d’autres congénères.

Sur les jeunes animaux, ce passage viral peut engendrer des problèmes sanitaires graves (diarrhées, problème respiratoire… ) pouvant entrainer la mort.

Si le virus atteint une femelle gestante non immunisée, il y a un risque qu’elle donne naissance à un animal Infecté Permanent Immunotolérant (IPI). Ces IPI sont de véritables « bombes à virus » et disséminent le virus en grande quantité tout au long de leur vie.

 

Comment reconnaitre les symptômes ?

Que ce soit la BVD ou la BD, elles peuvent parfois être très discrètes ou s’accompagner de signes cliniques graves sur l’ensemble du troupeau.

Sur les jeunes animaux, on observe des malformations congénitales, de la mortalité néo-natale, des nouveau-nés chétifs ou peu vifs, des retards de croissance, des épidémies de diarrhées néonatales, une aggravation des pathologies respiratoires. Chez les agneaux, des symptômes nerveux et des troubles de la locomotion peuvent également être présents.

Sur les femelles gestantes, la maladie se manifeste par des avortements ou de la mortalité embryonnaire.

En cas de suspicion, ou pour connaitre le statut du troupeau, des analyses peuvent être réalisées. Si la maladie se confirme dans le troupeau, un plan d’assainissement est proposé par votre GDS.

Comment protéger son troupeau ?

 

Il est important de repérer les animaux IPI et de les éliminer car ce sont eux principalement qui contribuent à la circulation du virus dans un élevage.

Pour éviter d’introduire le virus dans le cheptel, il est impératif de tester les animaux achetés et de les maintenir isolés du reste du troupeau jusqu’à l’obtention du résultat.

Il faut également être vigilant au contact entre voisin de pâture, ou au mélange de troupeau, en alpage par exemple.

En élevage bovin, la vaccination peut éventuellement être envisagée dans le cadre de plans d'assainissement.

Le virus de la BVD étant très proche de celui de la BD, il est conseillé, dans un élevage mixte, de séparer les ovins des bovins pour limiter les transmissions inter espèces.

 

Signature : Carole BONNIER (GDS de l’Ain)

Quelques chiffres

En 2017, en Rhône Alpes, 465 bovins IPI ont été décelés et éliminés dans 327 élevages.
Dans un cheptel bovin touché,  la BVD engendre entre 46 et 83 € de frais/bovin/an. 




FRGDS Auvergne Rhône-Alpes

Adresse postale : 23 rue Jean Baldassini - 69364 Lyon Cedex 07

Tel: - Mail : frgds.aura@reseaugds.com